Griffes

2102008-009.jpg ” Certains ont une araignée dans le plafond. D’autres, un tigre dans le moteur, ou bien des fourmis dans les jambes. Elle, c’est comme ça, elle a un chat dans le piano. Et voilà que cet animal se met en tête de disparaître.”

Sans lui, elle n’est plus rien. Sa musique n’est plus la même. Elle n’écrivait qu’en clé de chat. Lui seul la possédait, cette clé…
Mais qu’est ce qu’on entend ? C’est quoi ce bruit ? C’est lui, le revoilà !
Mais il est devenu fou ma parole ! À moins que ce ne soit moi…Veux tu venir ici ! Le voilà qui chante dans la cheminée, qui se met à swinguer sur les toits, sautant d’un do à un fa, en évitant le sol, ivre du vent de la liberté.
Et notre héroïne s’essouffle à le suivre, à dévaler la pente des octaves, à grimper l’échelle de corde des crescendos…

Une course - poursuite haletante, burlesque, où tous les coups de griffes sont permis et qui durera jusqu’au matin.

« …Le clown Anne Gastine est une bouleversante Mère Michel post-moderne, qui s’offre à nous : une femme, une artiste, dont on ne sait plus, au bout du conte, si c’est vraiment son « chat » qu’elle cherche si obstinément… »

Extraits vidéo du spectacle :


Griffes - Spectacle d’Anne Gastine - Pictur Music
par picturmusic

Interprétation, Composition, jeu : Anne Gastine
Mise en scène et dramaturgie : Joëlle Cattino
Assistanat: Michel Bellier
Textes et paroles : Michel Bellier et Philippe Gastine
Scénographie et lumières : Jean – Luc Martinez et Raphaël Verley
Costumes : Virginie Breger

Notre sélection de photos de Griffes :
Photos de Frédéric Pauvarel

Voici des extraits audio :

Dans la presse :

“Une tresse lui sert de coiffe russe. Et il y a cette jupe incroyable de boudins colorés lui danse comme celle des crétoises, un clavier de piano, une petite table recouverte de ces objets désuets et charmants que l’on retrouve chez des vieilles dames solitaires…Manque à tout cela… mais bien sûr, manque un chat !
L’ «orgueil de la maison» baudelairien a déserté. La pianiste, à l’instar de la mère Michel de la chanson, a perdu son chat…qui ne revient pas ! Avec une tendre ironie, le piano interprète les attentes, les espoirs et les découragements de la maîtresse abandonnée. N’avait-elle pas pourtant tout sacrifié pour l’énigmatique animal ? Même son compagnon dont l’archet enduit savamment de colophane n’avait pas résisté aux assauts jaloux du félin… Hector Franz Ravel, HFR pour résumer, inspire par son absence, des chants, des poèmes, des réflexions sur la vie et ses raisons, sur les véritables coups de griffe. Un seul être vous manque… et les mots repeuplent l’espace de la scène aux éclairages à la fois subtils et originaux, comme ce parasol égayé de guirlandes de Noël.
Celle qui fut une accompagn’actrice invente un spectacle très écrit, drôle, émouvant, tendre, poétique. L’éternel problème de la quête de soi à travers l’autre, ou celui du sens que l’artiste accorde à son art, transparaissent dans ce conte qui satisfait par ses différents niveaux de lecture grands et petits.”

MARYVONNE COLOMBANI
ZIBELINE

« SYMPHONIE AUTOUR D’UN CHAT PERDU.

Coup de griffes et coup de cœur pour ce solo musical composé et interprété par Anne Gastine : excellente musicienne, comédienne attachante… Sur un très beau texte signé Michel Bélier et Philippe Gastine, Anne compose dans tous les sens du terme : sa musique d’abord, remarquable, son personnage de clown féminin à la recherche du petit chat perdu, une atmosphère très particulière où la musique et le texte dit se confondent en un seul langage, sans interruption. Le spectacle est magnifique et le public en sort troublé et attendri »

Monique POUDROUX

La Tribune

Plus d'images

Get the Flash Player to see the slideshow.

Newsletter

affiche passez a la caisse affiche protest-songes affiche accompagnactrice affiche drole de dame